38ème Congrès de la FEHAP

Le fil conducteur de ce congrès est "L'Accessibilité : priorité des usagers, raison d'être du secteur privé non lucratif".

Publié le 05 novembre 2013
38ème Congrès de la FEHAP


La Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne, Privés Non Lucratifs (FEHAP) organise son 38ème Congrès sur la thématique
« L’Accessibilité : priorité des usagers, raison d’être du secteur privé non lucratif ».

Ce congrès se déroulera les mercredi 6 et jeudi 7 novembre 2013, au Centre de Congrès Pierre Baudis, à Toulouse.


La FEHAP compte parmi ses adhérents une grande diversité d’établissements et de services prenant en charge aussi bien malades, que personnes âgées ou handicapées, enfants, publics en difficulté sociale.
Elle dispose donc d’une vision globale du système de santé et de protection sociale et des améliorations qu’il est possible de lui apporter.

C’est parce qu’elle a cette vision globale qu’elle a décidé de consacrer son 38ème Congrès au thème de l’accessibilité aux soins et à l’accompagnement sous toutes ses formes : physique, sociale, financière, géographique, technologique...

La Fédération souhaite être un moteur de l’évolution vers davantage d’accessibilité dans la prise en charge, pour tous les citoyens, quelle que soit leur situation, leur vulnérabilité, ou leur territoire.

Les établissements adhérents à la FEHAP connaissent bien les problématiques rencontrés par des millions de concitoyens :

  • dépassements d’honoraires et restes à charge,
  • délais d’attente aux différents services et soins,
  • difficulté à trouver des professionnels de santé en nombre suffisant dans de nombreuses zones sous-médicalisées de France,
  • pénurie de certains métiers (infirmiers, aides-soignants, kinésithérapeutes, éducateurs spécialisés, médecins...),
  • « fracture numérique » qui affecte également leur accès aux soins dépendant des nouvelles technologies...

Autant de problématiques auxquels la FEHAP et ses adhérents s’efforceront de répondre pendant ces deux jours de travaux collectifs organisés en quatre conférences générales reprenant les grandes problématiques de l'accessibilité :

  • « L’accessibilité, moteur de l’évolution du Service Public de Santé : les attentes des usagers » 
  • « Accessibilité à la Cité : quelle dynamique pour la Loi du 11 février 2005 ? »
  • « Accessibilité financière : restes à charge, rôle des mutuelles »
  • « Accessibilité géographique et inégalités territoriales »


En parallèle des conférences-débats sur des sujets plus ciblés qui constituent des enjeux-clé pour les établissements et les professionnels du secteur, avec une orientation

  • "métier" : ressources humaines, systèmes d'information, qualité...

ou

  • "secteur" : protection de l'enfance, crèche, psychiatrie...



Parmi ces conférences-débats, on citera par exemple :

  • Conférence-débat Ressources Humaines : « Métiers et Formation : enjeux d’avenir »
  • Conférence-débat Systèmes d’information : « Aperçus de l’avenir informatique »
  • Conférence-débat Qualité : « Le financement à la qualité dans les établissements de santé de court séjour »

  • Conférence-débat : « Protection de l’enfance : évolutions et perspectives »
  • Conférence-débat : « Les enjeux de l’autonomie : services à domicile et EHPAD »
  • Conférence-débat : « La crèche de demain plus ouverte et plus accessible. Comment diversifier l’offre ? Avec quels acteurs ? »
  • Conférence-débat : « L’évolution de l’allocation des ressources en psychiatrie 
  • ...



Environ 800 participants sont attendus sur ces deux jours dont de nombreux acteurs institutionnels du secteur sanitaire, social et médico-social de premier plan :

  • Edouard Couty, Conseiller maître honoraire à la Cour des Comptes et auteur du rapport sur le Pacte de Confiance à l’Hôpital,
  • Bernadette Devictor, Présidente de la Conférence nationale de santé,
  • Jean-Louis Garcia, Président de la fédération des APAJH,
  • Philippe Jourdy, Directeur général de l’ASEI,
  • Alain Rochon, Président de l’APF,
  • Philippe Burnel, Délégué à la stratégie des Systèmes d’information de santé,
  • Emmanuel Vigneron, Professeur en géographie de la santé,
  • Monique Cavalier, Directrice générale de l’ARS Midi-Pyrénées,
  • Jean-Marie Delarue, Contrôleur Général des lieux de privation de liberté,
  • Dominique Baudis, Défenseur des Droits,
  • ...

Le Congrès sera ponctué de plusieurs temps forts qui seront dévoilés au fil des conférences.

Il sera également l’occasion de décerner les 3èmes Trophées de l’Innovation du secteur Privé Non Lucratif aux établissements sélectionnés.

Enfin, le Congrès devrait être clôturé par la Ministre des Affaires Sociales et de la Santé, Marisol Touraine, et par la Ministre Déléguée chargée des personnes âgées et de l’autonomie, Michèle Delaunay.


Programme et inscription

L'ensemble des documents sont téléchargeables sur le site du congrès en

  • http://congres.fehap.fr/jcms/aju_81408/programme
  • http://congres.fehap.fr/jcms/aju_81418/bulletin-d-inscription


Ils sont également mis à disposition ci-dessous.


Journée de l'Institut de Formation Supérieure des Cadres Dirigeants

Le 5 novembre, l'Institut de Formation Supérieure des Cadres Dirigeants (IFSCD) organise, comme à l'accoutumée, une journée de formation.
Cette journée permet aux dirigeants de se retrouver pour des temps de formation, de partage et de réflexion.

Après des thèmes tels que

  • Projet en temps de crise
  • Le Gouvernement des pratiques professionnelles
  • Diriger dans un cadre normé


les questions retenues cette année sont

  • La Bienfaisance
  • La Solidarité






Accessibilité : de quoi parle-t-on ? Position de la FEHAP

Accessibilité : de quoi parle-t-on ? Position de la FEHAP



Accessibilité : de quoi parle-t-on ?


Aux origines des termes accès, accéder, accessible

  • La racine latine du terme accès vient du verbe accedere, qui signifiait « s’approcher de » ; d’abord utilisé dans la langue française dans le sens d’« entrée, voie d’approche » (voie d’accès, point d’accès), il l’est ensuite dans la signification de « brusque poussée » (accès de fièvre, accès de colère), pour s’étendre plus tard à un sens davantage abstrait (accès à la culture).

  • Le verbe accéder s’emploie depuis le XVè dans le sens de « pouvoir pénétrer quelque part », s’étendant au sens juridique de « donner son consentement » (accéder à une demande) ; on l’emploie plus tard pour « accepter » (accéder aux vœux de quelqu’un), ou bien pour « être admis à » (comme dans accéder à la propriété).

  • L’adjectif accessible (du latin acessibilis), synonyme d’« atteignable », revêt d’abord le sens concret de « lieu où l’on peut accéder, arriver, entrer » (un village difficilement accessible) ; au sens abstrait, le terme mobilise un contenu psychologique (« ouvert, sensible à quelque chose »), permettant de parler d’une personne accessible aux idées nouvelles, aux progrès.

    Enfin, accessible revêt le sens de ce qui ne présente pas d’obstacle et qui est à la portée de quelqu’un (« un prix accessible » est un prix abordable).

    Par extension, accessible signifie « simple, compréhensible » : on parle dans ce sens d’une lecture accessible à tous ou d’un auteur au contraire peu accessible, au sens d’ « hermétique » et de « difficile ».



Les différentes significations du terme accessibilité aujourd’hui

  • Le mot accessibilité vient de accessible ; il se forme à compter de 1630, après les mots inaccessible et inaccessibilité.

  • Au sens concret, il désigne d’abord l’accessibilité d’un lieu, au cadre bâti, d’un point de vue physique (« possibilité d’aller, de pénétrer, d’entrer et de circuler sans entraves dans un lieu », accessibilité des moyens de transport par exemple) ; aujourd’hui cependant, notamment grâce à la spécialisation de son emploi dans le contexte du handicap, le terme démultiplie ses usages dans de nombreuses directions.

  • Ainsi, on parle aujourd’hui d’accessibilité numérique ou d’accessibilité web, qui a été reconnue comme droit universel selon l'article 9 de la Convention relative aux droits des personnes handicapées adoptée en 2006 par l’ONU ; elle doit permettre à tous les internautes de percevoir, comprendre, naviguer, interagir avec le web, et d’y contribuer.
    Ce type d’accessibilité œuvre en faveur d’un renforcement de l’accès aux nouvelles technologies et à Internet, impliquant également un ensemble d’interventions sur les moyens d’information et de communication.

  • Dans un autre registre, l’accessibilité linguistique suppose que tous les usagers d’une information soient sur un pied d’égalité, et qu’aucune barrière linguistique ne vienne entraver la bonne réception de cette information.

    Ainsi, par exemple, le bilan « Un an au service de la solidarité » de Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée en charge des personnes handicapées et de la lutte contre l’exclusion, a été transcrit en septembre 2013 dans une version « Facile à lire et à comprendre » (qui a donné l’acronyme FALC), à l’attention des personnes handicapées mentales.

  • Le mot « accessibilité » pourra avoir encore beaucoup d’autres significations, comme par exemple, au sens abstrait, « l’accessibilité sociale en lien avec les représentations sociales du handicap », « l’accessibilité financière aux services », « l’accessibilité géographique en lien avec la notion de proximité de services ».

 

Les positions de la FEHAP sur l’Accessibilité

Si la santé demeure l’une des premières préoccupations des Français, force est de constater qu’on assiste aujourd’hui à des inégalités géographiques croissantes, à un allongement des délais d’attente et à des obstacles financiers qui sont autant d’éléments freinant l’accès aux soins.
Les adhérents de la FEHAP, en étant présents aussi bien auprès des malades, des personnes âgées et handicapées, que des publics en difficulté sociale et des enfants, se trouvent au cœur de ces enjeux, ce qui permet à la fédération d’avoir une vision globale et directe du terrain ; la FEHAP plaide alors pour un système de santé et de solidarité plus proche, plus accessible, et plus innovant.

  • Plus proche, avec des délais d’attente raisonnables, des « plateaux de proximité » et des professionnels de santé en nombre adapté aux besoins grâce à une régulation par le conventionnement.

  • Plus accessible, avec une limitation des dépassements d’honoraires et des restes à charge, ainsi que des remboursements mieux adaptés aux parcours de santé de chacun.

  • Plus innovant, grâce à une vision globale de la santé, à un décloisonnement entre les différentes structures, à des parcours d’accompagnement et de soins plus individualisés, et à une organisation du système valorisant les établissements innovants qui inventent les prises en charge de demain.


Ainsi, en identifiant des améliorations qu’il serait possible d’apporter au système de santé et de protection sociale, la FEHAP souhaite être un moteur de l’évolution vers davantage d’accessibilité aux soins sous toutes ses formes : physiques, sociale, financière, géographique, technologique.

Dans ce sens, la FEHAP est l’auteur de plusieurs propositions :

  • Une santé et une solidarité de proximité, accessibles dans des délais raisonnables, en facilitant l’accès aux soins et à l’accompagnement et en faisait disparaître les déserts sanitaires et médico-sociaux à l’horizon 2017.

  • Une santé et une solidarité accessibles financièrement, en levant l’obstacle du coût de la prise en charge pour l’accès à la santé.

  • Une prise en charge individualisée pour tous, en créant de véritables parcours de soins et d’accompagnement sur tout le territoire et en prenant en compte toutes les dimensions et les déterminants de la santé.

  • Une offre de santé et de solidarité plus réactive et plus innovante, en répondant au mieux aux nouveaux besoins de santé par l’innovation et en résolvant les inégalités d’accès aux nouvelles technologies.

  • Une nouvelle vision de l’autonomie en développant une prise en charge qualitative et décloisonnée, centrée sur les besoins de la personne, mais aussi en relevant le défi de la perte d’autonomie en termes de structures, de formation, et de financement.

  • Un Etat plus régulateur, moins opérateur en parvenant à une meilleure organisation du système de santé et de solidarité par une clarification de son financement et de son pilotage.

  • Le secteur Privé Non Lucratif, acteur incontournable de la santé et de la solidarité : mieux reconnaitre et valoriser le secteur Privé Non Lucratif.


Pour plus d'informations

Les propositions de la FEHAP "pour une solidarité active au service de nos concitoyens et de leur santé" sont téléchargeables sur le site de la FEHAP, en

  • http://www.fehap.fr/jcms/jsa_43463/propositions-de-la-fehap-pour-une-solidarite-active-au-service-des-concitoyens-et-de-leur-sante






Les Trophées de l'Innovation et les Living Labs 2013

Les Trophées de l'Innovation et les Living Labs 2013



Encourager l’innovation


Les Trophées de l’Innovation FEHAP 2013

La FEHAP a lancé un 3ème Appel à Innovation pour valoriser les initiatives de ses adhérents destinées à mieux répondre aux attentes et aux besoins de la société, à créer de la valeur ou à changer les processus de pensée et les manières d’agir, au bénéfice des usagers, des professionnels et de l’organisation des structures.

L’édition 2013 a rencontré un grand succès, avec plus de 80 dossiers reçus.
Les innovations retenues par le comité de sélection recevront un Trophée de l’Innovation FEHAP, remis lors de la cérémonie.

L’ensemble des projets sont présentés dans le Cahier de l’Innovation, Hors-Série de la revue Perspectives Sanitaires et Sociales, diffusé sur le Congrès.


Les « Living Labs » FEHAP : 2ème édition

Pionnier et soutien des travaux réalisés par le Ministère de l’Industrie et illustrés notamment dans le rapport « Bien Vivre grâce au numérique », la FEHAP, trait d’union naturel entre le sanitaire, le médico-social et le social, souhaite favoriser l’émergence de nouveaux usages et de nouvelles offres industrielles capables d’accroître la qualité de la prise en charge du citoyen-résident-patient.

Dans cette idée, les Living Labs (Living Laboratory) sont des distinctions qui récompensent les adhérents FEHAP créateurs de solutions (produit, service, pratique, organisation) pour la santé ou l’autonomie.

Il n’est nul besoin d’être une grosse structure pour être intelligent et innovant, aussi, certains adhérents de la FEHAP, déjà dotés d’équipes pluridisciplinaires, constituent de fait des Living-Labs vivants et réels, déjà opérationnels.


Documents associés


FERMER