Selon la FNADEPA, le PLFSS 2015 n'est pas à la hauteur des attentes !

Le PLFSS 2015 annonce une hausse de l’ONDAM personnes âgées de 2.1%. Le pourcentage d’augmentation était de 3% en 2014.

Publié le 02 octobre 2014
Selon la FNADEPA, le PLFSS 2015 n'est pas à la hauteur des attentes !

Le PLFSS 2015 annonce une hausse de l'ONDAM personnes âgées de 2.1%. Le pourcentage d'augmentation était de 3% en 2014. Hors mesures nouvelles, les dotations soins des EHPAD progresseront de 0.8%, insuffisant, encore une fois, pour couvrir le GVT. Pour Claudy Jarry, Président de la FNADEPA : «Les 10 millions alloués à la réouverture du tarif global ne permettront pas, loin de là, de satisfaire tous les EHPAD en attente depuis plusieurs années, alors même que l'on sait que ce serait un moyen d'économies pour la Sécurité sociale».

D'autre part, dans le dossier de presse des ministères de l'Economie et des Affaires sociales, rien ne ressort en ce qui concerne le secteur du domicile qui connait pourtant une crise sans précédent.

Après une baisse des crédits de médicalisation en 2013, puis en 2014, le PLFSS 2015 les réduit encore, pour atteindre 100 millions. Ces maigres moyens ne permettront pas la signature des innombrables conventions tripartites en souffrance, alors même que la perte d'autonomie progresse dans les établissements et services et met encore plus les équipes sous tension.

Même si la FNADEPA est consciente des efforts économiques que doit entreprendre notre pays, elle déplore que le secteur des personnes âgées, historiquement mal loti, fasse, une nouvelle fois, les frais de la rigueur budgétaire.

Comment nos concitoyens âgés, leurs familles et les personnels engagés à leurs côtés vont pouvoir comprendre l'effort qui leur est de nouveau demandé quand on leur promet, depuis des années déjà, un sort meilleur et une loi salvatrice.

Le dossier de presse ministériel reste peu explicite en ce qui concerne l'utilisation de la CASA. La FNADEPA rappelle l'impérieuse nécessité que le prélèvement exercé sur les retraites soit engagé, conformément à la volonté du législateur, au bénéfice des personnes en perte d'autonomie.

«La parole politique et la confiance dans l'impôt sont ici, questionnées !» selon Claudy Jarry.


FERMER